[Portrait] Paul Maisonneuve : “J’essaye de tirer l’équipe vers le haut”

Quatre saisons que Paul Maisonneuve porte les couleurs jaunes et bleues du Pau FC : grand ancien du club, cet indéboulonnable milieu de terrain originaire de Nîmes est l’un des joueurs les plus expérimentés du vestiaire, et se charge de transmettre ses valeurs aux plus jeunes.

Rencontre avec ce joueur qui a pas mal bougé, mais toujours dans le Sud de la France !

La rédaction : Tout d’abord, veux-tu dire un mot à propos d’Anthony Sanchez, qui t’a choisi pour ce portrait ?

Paul Maisonneuve : Je voulais lui dire que je ne voulais pas rentrer dans la guéguerre par médias interposés (sourire), parce qu’Anthony, c’est quelqu’un que j’aime bien, malgré son niveau sportif le lundi matin !
Après, mes tenues vestimentaires ne sont pas très loin des siennes, donc en se moquant un peu de moi il se moque aussi de lui !
Sur les bonnes affaires, j’ai appris à les faire, et lui a la chance de pouvoir se payer un resto tous les midis, on n’est pas tous dans son cas car on n’a pas tous le même salaire (rires) !

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai commencé à Uzès dès que j’ai pu, dès que j’ai eu le droit de jouer au foot j’ai pris ma licence dans mon petit village.
Ensuite je suis parti à Alès à 13 ans, j’ai dû faire trois ou quatre saisons là-bas.
Je suis parti à Nîmes par la suite, avec l’effectif des 18 ans Nationaux, mais je n’avais pas le niveau la première année donc j’ai été envoyé dans l’équipe 3 en DHR.
Je m’entraînais avec les 18 ans, mais j’étais envoyé en réserve.
L’année qui a suivi, il me restait un an de 18 ans, j’ai joué toute l’année avec les 18 ans Nationaux.
Je suis monté ensuite avec la réserve en CFA2, et petit-à-petit je m’entraînais de plus en plus avec l’équipe première, en National.
Donc les deux années qui ont suivi j’ai fait la prépa avec la National et j’ai fini l’année avec eux : on est montés en Ligue 2, je suis resté et j’ai signé mon premier contrat pro pour 2 ans en Ligue 2 à Nîmes.
A la fin de mon contrat, je n’ai pas été gardé et je suis parti au Pontet, en CFA, pour une saison : ça s’est très bien passé, on a fait une belle saison et j’ai gardé quelques contacts.
Je suis parti ensuite au Gazélec Ajaccio en National, pour une saison : c’est l’année de la montée de National en Ligue 2, avec un parcours en Coupe de France (jusqu’en ½ finale).
Mais je n’étais plus trop dans les plans de l’entraîneur suite à une blessure : à la fin de la saison je n’ai pas été gardé non plus.
J’ai donc signé à Martigues, en CFA pour 2 ans, avec l’objectif de monter mais on n’y est pas arrivés.
Je suis donc allé à Pau, et c’est ma 4ème année : deux ans en CFA et deux ans en National.

02-02-2018-pau-fc-vs-marseille-consolat-37

Comment définirais-tu ton poste et ton rôle dans l’équipe ?

Mon rôle, j’essaye d’aider les jeunes et les nouveaux à s’intégrer le plus vite possible. J’espère avoir un rôle de leader, j’essaye de tirer l’équipe vers le haut.
Pour le positionnement, le milieu de terrain est au cœur du jeu donc pas mal de ballons passent par lui.
Là, en 4-4-2 à plat on essaye de trouver les côtés, pour que ça dédouble et que ça joue sur les côtés, mais le milieu c’est un poste central : c’est sûrement pour ça que je suis à ce poste-là, parce que j’aime toucher les ballons.

Selon toi, quel est le geste technique qu’un joueur à ton poste doit maîtriser ?

J’estime que le contrôle – passe c’est un geste technique : je n’ai pas le profil de faire des dribbles à la Neymar.
Mais en 6, il n’y a pas besoin d’avoir ces gestes-là dans son registre : un bon contrôle orienté et une bonne passe appuyée qui va vers l’avant, c’est le geste le plus important à ce poste.

Tu aimes tenter des dribbles régulièrement dans ton camp, c’est travaillé ou c’est instinctif ?

Est-ce que j’aime tenter des dribbles, pas forcément, même si ça met une petite pression qui est excitante, mais ce n’est pas forcément ce que j’aime : c’est plutôt que malheureusement je n’ai pas trouvé la solution avant, donc je préfère garder la balle plutôt que de la balancer.
C’est uniquement instinctif, on ne m’a pas appris à faire ça dans la surface de réparation : mais je ne fais pas en sorte de le faire.

12-01-2018-pau-fc-vs-lyon-15

Quel regard portes-tu pour cette fin de saison ?

On avait très bien fini l’année civile, mais depuis janvier c’est un peu plus compliqué, du fait qu’on n’enchaîne pas les matchs, c’était un peu compliqué.
Bon maintenant c’est fini, vu qu’on va jouer tous les week-ends et même en semaine, mais jusqu’à ce week-end, on n’est pas arrivés à enchaîner et ça s’est un peu ressenti dans les résultats où on avait un peu de mal à repartir, même si ça ce n’est pas ressenti au début des matchs.
On se rend compte qu’il y avait mieux à faire si on avait réussi à enchaîner les quatre rencontres, on n’aurait peut-être pas eu les mêmes résultats et ça aurait été un peu mieux.
Pour la fin de saison, si on reprend la même dynamique, on peut aller loin, et si on reste comme ça avec des résultats en dents de scie, on sera milieu de tableau, et j’espère qu’on ne va pas trop galérer à la fin pour se maintenir, par rapport à l’année dernière où ça avait été un peu long à se dessiner.

Quel joueur t’inspire le plus, et quelle équipe te fait rêver ?

Celui qui m’inspire le plus, sans surprise, c’est Zidane !
Et l’équipe qui me faisait rêver, pendant un temps c’était Arsenal, là un peu moins quand même.
Après le Barça, quand ils jouent je suis pour eux, je ne suis pas non plus un aficionado, mais j’aime bien les voir jouer, mais pas au point de me faire rêver.
En France, j’aime bien l’OGC Nice : cette année forcément un peu moins, mais les deux dernières années, j’aimais bien le jeu qu’ils prônaient.

pau-fc-avranches-1-9-1024x682

Quel est ton meilleur souvenir en tant que footballeur ?

Dans l’ordre de dates, c’est avec la réserve de Nîmes en CFA 2 où on a fini champions, c’était vraiment une équipe de copains comme on dit, avec à la clé un titre mais pas la possibilité de monter, vu que l’équipe première était en National : c’était vraiment bien, c’était ma première année en senior, j’étais vraiment content de cette saison.
Ensuite, pas longtemps après, la montée avec Nîmes, de National à Ligue 2, même si j’étais parfois titulaire et souvent rentré en cours de match, je n’étais pas un joueur cadre mais quand même c’est un bon souvenir.
Et puis bien sûr la montée avec Pau de CFA à National : ça me faisait repenser à mon année à Nîmes, on était vraiment une bande de copains, et c’était vraiment bien.
S’il faut en choisir un, je mettrais la montée avec Nîmes, de National à Ligue 2, parce que le stade était plein, ça s’était joué sur la dernière journée, contre Laval : on perdait et finalement on a gagné, il y avait 16 000 personnes, le stade était comble, donc c’est celui-là mon meilleur souvenir !

Quel joueur t’a le plus marqué tout au long de ta carrière ?

Ce n’est pas le joueur mais plutôt les joueurs, quand j’étais en 18 ans Nationaux en Coupe Gambardella, on avait joué l’OL à Lyon, pas très loin dans la compétition, mais en face il y avait Benzema et Ben Arfa, et la doublette nous avait fait très, très mal : c’est sûrement ces deux joueurs qui m’ont le plus marqué.

Si tu n’avais pas été footballeur, qu’aurais-tu fait, ou qu’aurais-tu aimé faire ?

Je ne me suis jamais vraiment posé la question, puisque mon rêve, c’était d’être footballeur !
Mais la question va se poser bientôt, donc il va falloir que j’y réfléchisse sérieusement.

26-01-2018-pau-fc-vs-creteil-lusitanos-13

Tu es né à Nîmes, et tu as toujours joué dans le Sud de la France : avoir du soleil régulièrement est écrit dans ton contrat ?

Forcément, ce n’est pas écrit sur le contrat, mais par chance je n’ai pas eu le choix entre un club du Sud ou un club du Nord, ou un peu plus loin que le Sud, donc ça s’est fait naturellement.
Quand je suis parti au Pontet, c’est parce que l’entraîneur était au stage UNFP pour les joueurs au chômage s’était souvenu de moi et qu’il m’avait apprécié : il m’a donc appelé.
Après, au Gazélec, c’est parce qu’on les avait joués avec Le Pontet, donc l’entraîneur m’avait repéré.
Martigues, c’était l’ancien entraîneur de Nîmes, donc il m’avait fait venir.
Et à Pau, c’est parce qu’on les avait rencontrés aussi : donc c’est pour ça que je suis resté dans le vrai Sud, puisqu’à Pau on ne peut pas dire qu’on est dans le Sud apparemment vu le temps (sourire).

J’ai entendu dire que tu étais un chasseur de bonnes affaires : pour toi, qu’est-ce qui est le plus important : faire une énorme bonne affaire, ou plusieurs petites bonnes affaires ?

(Rires) Plutôt plusieurs petites bonnes affaires, car c’est ce que je fais, comme l’a dit Antho (Sanchez), je suis tout le temps sur les sites de ventes privées, de week-ends, Groupon : je guette, je regarde les petites bonnes affaires, mais s’il y a une grosse affaire, je me lance aussi…
Donc je dirais plusieurs petites bonnes affaires (sourire) !

12-01-2018-pau-fc-vs-lyon-39

Un mot à dire aux supporters ?

Déjà je les remercie d’être là, que ça soit la STUP ou ceux qui sont là régulièrement au Hameau.
C’est vraiment important qu’ils soient là, quand on est dans le dur, qu’on les entend crier ou pester, mine de rien ça nous motive.
Donc j’espère qu’ils vont continuer à être nombreux, et qu’avec le bouche-à-oreille ils vont réussir à faire venir d’autres personnes, parce que c’est vraiment kiffant de jouer devant un peu de monde !

Enfin, qui aimerais-tu voir pour le prochain portrait, et quelle question voudrais-tu lui poser ?

Je choisis Louis Bury, parce que c’est vraiment un bon gars, c’est un jeune qui a encore le respect de l’ancien, il n’y en a malheureusement plus beaucoup, et lui, c’est peut-être un peu à l’extrême, mais il respecte vraiment les anciens, même s’il fait tout pour gagner sa place.
S’il doit par exemple me marcher dessus, il le fera, c’est pas un souci, mais par contre il est très respectueux, donc je voulais le « récompenser » de ça en le citant.
J’ai deux questions pour lui : je voudrais savoir pourquoi il prend l’accent belge quand il s’énerve, il comprendra, et s’il est prêt à partir de Pau pour le foot ?

Laisser un commentaire

Pau FC

Billetterie : 06 64 41 09 70  
billetterie@paufc.fr

Boutique : 06 64 41 09 70
boutique@paufc.fr

Commercial : 06 25 26 03 64
b.roumegoux@paufc.fr

 

Abonnez-vous

Newsletter

Recevez notre actualité chaque semaine

Ma Newsletter

Minimum 4 caractères