[Portrait] Louis Bury : “J’apprends tous les jours de l’expérience des anciens”

C’est un pur produit de la formation béarnaise, un joueur du cru par excellence : Louis Bury, 22 ans, fait petit-à-petit son trou dans l’équipe première, entre respect des anciens et envie de montrer ses qualités.

Régulièrement appelé dans le groupe de David Vignes, il a même été titulaire plusieurs fois, remplaçant sans trembler Lucas Toussaint lors de sa suspension.

Rencontre avec un joueur qui sait ce qu’il veut, mais qui garde les pieds sur terre, et qui voulait faire passer un message pour son pote Amadou Ciss !

Tout d’abord, veux-tu dire un mot à propos de Paul Maisonneuve, qui t’a choisi pour ce portrait ?

Je remercie Paulo de m’avoir choisi, c’est un grand joueur, simple, et efficace, un vrai compétiteur qui déteste la défaite même à l’entraînement, quitte même à rejeter sa colère sur le poteau de but (il l’avait fait une fois à l’entraînement) !
Et pour répondre à sa question, je ne sais pas pourquoi je prends cet accent belge, mais je peux être sûr que toi et Pélo allez me faire la réflexion, surtout quand vous jouez à Mario Kart.
Concernant la seconde question, c’est une très bonne question d’ailleurs, je n’étais pas prêt à partir de Pau l’été dernier, mais je pourrai l’envisager dans le futur.

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai commencé le football à Sendets à l’âge de 5 ans, parce que c’était le village à côté et parce que tous mes amis de l’école allaient là-bas.
Ensuite, à 11 ou 12 ans, le Pau FC est venu me chercher : j’ai connu de très belles années avec le Pau FC, notamment un 1/8ème de finale en Coupe Gambardella, on a été éliminés par le Paris FC.
D’ailleurs c’est une défaite à laquelle je pense encore, qui m’a marqué, parce qu’on avait le niveau pour gagner, mais je pense qu’on n’avait pas assez de maturité pour gagner ce match, et je trouve ça dommage parce qu’on aurait pu aller encore plus loin dans cette compétiton.
Entre temps, j’ai passé mes diplômes pour devenir arbitre officiel pour représenter le Pau FC : du coup j’ai arbitré pendant 3 ans, et c’est une très, très bonne expérience.
Ça m’a appris beaucoup de choses sur le plan humain, et ça a aussi forgé mon caractère : ça m’a permis de m’affirmer plus, surtout quand on doit gérer quelques situations où les parents à côté peuvent te crier dessus… mais j’en garde un très bon souvenir.
J’ai intégré l’équipe première quand elle était en CFA (National 2), j’ai joué les 5 derniers matchs de la saison, et j’ai joué mon premier match en CFA contre l’AS Monaco, ce qui reste l’un de mes meilleurs souvenirs, en plus avec une victoire 1-0.
Suite à ça, je me suis engagé avec l’équipe première : désormais ça fait 2 ans que j’y suis, et ça fait 2 belles saisons.
Ça fait également 2 ans que je suis coach des U13 à Sendets, là où j’ai commencé le foot, parce que j’avais envie de leur montrer que c’était possible de commencer à Sendets et d’arriver un jour en équipe première au Pau FC.
C’est donc pour ça que j’ai eu envie de reprendre cette équipe, avec mon meilleur ami, et ça se passe très bien.

02-03-2018-pau-fc-vs-stade-levallois-mfc-1

Comment définirais-tu ton rôle dans l’équipe ?

Je pense que malgré mon jeune âge, j’apprends tous les jours de l’expérience des anciens, mais je dois aussi m’affirmer, parce qu’on dit « jeune », mais j’ai maintenant 22 ans, bientôt 23, et je ne suis plus le « jeune » qui a débuté en CFA quand il avait 20 ans, et je pense que mon rôle doit être plus important dans l’équipe.
Sachant que je joue défenseur central, je dois m’imposer et quand on est à l’entraînement, il n’y a pas de jeunes, il n’y a pas d’anciens, un duel se joue à fond, que ce soit Paul Maisonneuve ou Lucas Laplace-Palette par exemple : mon implication doit être la même.
C’est pour ça que je dois me forcer à m’affirmer de plus en plus, ne pas hésiter à reprendre Kévin Malaga par exemple, qui est le patron de la défense…
Mon rôle doit grandir, je ne dois pas hésiter à m’affirmer.

Selon toi, qu’est-ce qui fait la force d’un bon défenseur central ?

Selon moi, un défenseur central doit se comporter comme un leader, il doit commander sa défense, communiquer avec tout le monde, et je pense que du fait d’avoir une position reculée sur le terrain, ça lui permet de voir le jeu dans son ensemble, et il se doit de communiquer avec ses milieux de terrain, ses défenseurs : il doit commander l’équipe.
Après je dirais que la différence entre un défenseur et un bon défenseur, c’est après avoir gagné son duel, la capacité à bien relancer, proprement : je pense que c’est là que se fait la différence.
Cela peut aussi le fait d’apporter un surnombre pour créer un décalage.
Je ne l’ai pas dit, mais un bon défenseur doit gagner tous ses duels, aériens ou au sol.

Tu t’es fissuré le nez lors du match contre Grenoble : tu es du genre à aller au charbon, ou tu préfères prendre de la distance et anticiper ?

Un peu les deux : j’aime bien aller au duel, et je préfère avoir un attaquant plus grand et plus musclé qu’un petit attaquant, car comme ça j’ai l’impression de pouvoir faire plus, et ça me donne l’envie de faire beaucoup mieux.
Mais j’aime bien aussi être parfois plus malin, c’est-à-dire par exemple laisser l’attaquant partir et le mettre hors-jeu…
Je pense que c’est montrer qu’on a un peu d’expérience, qu’on n’est pas toujours obligé de suivre les appels de l’attaquant : le laisser partir pour le mettre hors-jeu permet de s’éviter des courses.
Je pense également que ma vitesse fait ma force : je suis parfois en retard, mais je peux rattraper des situations grâce au fait que je courre vite.

16-03-2018-pau-fc-vs-chambly-4

Quel joueur t’inspire le plus, et quelle équipe te fait rêver ?

Il y en a plusieurs, mais je pense que je vais prendre un joueur qui joue à mon poste, Samuel Umtiti : ce n’est pas forcément le joueur dont on parle le plus, mais c’est un joueur qui me plaît, que je trouve élégant, simple, discret, on ne l’entend pas plus que ça, et pourtant il a réussi à s’imposer dans l’un des meilleurs clubs au monde, et dans un nouveau pays pour lui.
Je suis très admiratif, parce qu’il est costaud, très fort au duel, et il relance très bien.
J’ajouterais aussi que j’aime bien sa façon de défendre, il défend très haut, quitte à aller dans le camp adverse, parce que le Barça est une équipe qui joue très haut, et justement il correspond très bien à cette équipe.
Alors je vais d’abord dire l’équipe que j’aime le moins : c’est la Juventus de Turin, car je n’aime pas la façon dont ils jouent, je n’aime pas ce système de 5 défenseurs, tout comme l’a été Chelsea contre Barcelone (en 1/8ème de finale de la Ligue des Champions, NDLR).
L’équipe que je préfère en ce moment, et je suis tous ses matchs, c’est le FC Barcelone : à regarder, elle est parfois très intéressante, mais parfois aussi malheureusement très ennuyeuse quand elle ne veut pas jouer, mais c’est une équipe que j’adore.
En Ligue 1, je n’ai pas d’équipe favorite, je suis juste le championnat, sans plus, pareil pour l’Angleterre.

Quel est ton meilleur souvenir en tant que footballeur ?

Mon meilleur souvenir, vu que j’ai une jeune carrière, je dirais que c’est mon premier match avec l’équipe première, contre l’AS Monaco : le coach m’a lancé, on a gagné 1-0 là-bas.
En plus il y avait MBappé, donc je suis très content de ne pas avoir pris de but, c’était pour moi une très jolie expérience !
Et la même année, quelques semaines après, on va chercher la montée à Marseille, contre l’Olympique de Marseille, 1-1 là-bas, et ce sont de très, très bons souvenirs.
Sachant aussi que cette même année, l’équipe première était montée en National, et l’équipe réserve, à laquelle j’attache beaucoup d’importance aussi, était montée elle aussi en CFA2 : du coup, ça reste pour moi les meilleurs moments.

Si tu n’avais pas été footballeur, qu’aurais-tu fait, ou qu’aurais-tu aimé faire ?

Quand j’étais petit, avec mon meilleur ami, on s’était dit nos rêves, et le mien était de devenir footballeur, ensuite entraîneur et ensuite commentateur.
Pourquoi commentateur, je ne sais pas (sourire), c’était mon rêve d’enfance.
Donc là je suis en train de réaliser mon rêve, même si ne l’ai pas encore réalisé totalement car je n’ai pas atteint ce que je voulais.
Et si je n’avais pas été footballeur, je pense que j’aurais été chauffagiste, dans l’entreprise familiale que gère mon père, avec qui je m’épanouissais, c’était un métier qui me plaisait bien, totalement différent du football, mais j’aimais beaucoup aller travailler, ça me plaisait.

25-03-2018-nat-3-paufc-vs-cozes-30

Qu’est-ce que tu aimes faire en dehors des matchs et des entraînements ?

Je joue beaucoup à un jeu vidéo, auquel beaucoup de personnes jouent en ce moment : ça s’appelle 4Nite, c’est un jeu qui me prend du temps, qui se joue en ligne sur Playstation.
J’aime bien faire du tennis, c’est un sport qui me plaît beaucoup, et je pense que c’est ce que je ferai quand je ne jouerai plus au foot, un sport individuel.
Côté foot, je m’occupe des petits à Sendets, le mercredi, et qui me prend l’après-midi entière, et parfois le match le samedi.
Et ensuite, j’ai une copine, qui habite à Toulouse, donc j’essaye régulièrement d’aller à Toulouse, c’est important et elle me soutient donc c’est super !

J’ai entendu dire que tu avais un accent belge lorsque tu t’énervais.
Qu’est-ce que tu préfères : une bonne bière ou un bon cornet de frites devant un match du Standard de Liège ?

Qu’est-ce que je préfère ?
Merci d’abord Paulo et Pelo de m’avoir mis cette étiquette sur la tête comme quoi j’ai l’accent belge, alors que je suis allé qu’une fois en Belgique,  et que je suis un pur béarnais, mais j’aime bien prendre une petite bière devant un match, avec un cornet de frites aussi, sur le canapé… mais devant un bon match anglais par contre, pas belge

Un mot à dire aux supporters ?

Je vais m’adresser directement à eux : je vous remercie d’être tous les week-ends présents aux matchs.
Je voulais vous dire quelque chose en particulier : on vous entend vraiment, sur le terrain, vous faites du bruit, vos chants, vos encouragements, ça nous pousse vraiment à donner plus.
Qu’on perde ou qu’on gagne, on vous entend chanter, et ça, ça nous motive !
Je suis fier maintenant de pouvoir dire que le Pau FC a ses supporters, la STUP, vous êtes de plus en plus nombreux, vous nous dites des mots gentils, ça fait toujours plaisir.
Même quand on est un peu moins bien, vous êtes toujours là pour nous encourager, et j’espère que la saison prochaine, dans notre nouveau stade, vous ferez encore plus de bruit, et on sera enfin chez nous.
D’ailleurs, si je peux dire un mot par rapport au stade, j’ai entendu qu’on se posait la question de quel nom on donnerait au futur stade : j’en profite pour donner mon avis, et je proposerais d’appeler ce stade, le stade des Pyrénées.
Je trouve que c’est simple, efficace.

16-03-2018-pau-fc-vs-chambly-35

Est-ce qu’il y a une question que tu aurais aimé que je te pose ?

J’aurais aimé que tu me demandes par exemple comment est l’ambiance dans le vestiaire ?

Je te répondrais, sur un plan de vue personnel, c’est une bonne ambiance, j’ai de très bonnes affinités avec certains, il y a un très bon groupe, une très bonne ambiance.
On prend du plaisir, on est beaucoup à se voir à l’extérieur, à manger ensemble, à partager des moments.
Si j’ai plus d’affinités avec certains, je m’entends cependant très bien avec tout le monde, et il y a une bonne vie de groupe.

Enfin, qui aimerais-tu voir pour le prochain portrait, et quelle question voudrais-tu lui poser ?

La personne que j’ai envie de choisir pour le prochain portrait, il s’agit de mon ami Amadou Ciss.
Pourquoi Amadou Ciss ?
Je ne vais pas te poser de question Ama, je vais juste passer une annonce pour toi, parce que ça fait un moment que tu me le demandes, et moi je n’ai toujours pas trouvé :
Amadou Ciss, 18 ans, jeune sénégalais, recherche une femme blanche de toute urgence (sourire), parce que, et je parle au nom d’Ama : « je me sens seul et j’ai beaucoup d’amour à donner !
Si une jeune femme est intéressée par mon annonce, je serais très enchanté de recevoir un message de votre part ! »
Voilà Ama, j’ai passé une annonce pour toi, j’espère que ça va porter ses fruits : tu me tiens au courant frérot (sourire) ?

Laisser un commentaire

Pau FC

Billetterie : 06 64 41 09 70  
billetterie@paufc.fr

Boutique : 06 64 41 09 70
boutique@paufc.fr

Commercial : 06 25 26 03 64
b.roumegoux@paufc.fr

 

Abonnez-vous

Newsletter

Recevez notre actualité chaque semaine

Ma Newsletter

Minimum 4 caractères