[Championnat National – 24ème journée] Quand ça ne veut pas…

Cruel, amer, dur, douloureux… Les mots ne manquent pas pour décrire ce match que les palois auraient pu (dû) emporter, au vu de la prestation qui a de quoi laisser énormément de regrets, tant les béarnais ont eu les occasions pour remporter ces trois points qui leur tendaient les bras : seulement, malgré tous les efforts fournis, les dieux du football n’étaient pas de leur côté.

C’était une équipe en pleine confiance (trois victoires d’affilée) qui débarquait au Hameau, forte de l’expérience d’un groupe qui jouait encore en Ligue 2 l’année précédente : un match qui sentait bon la poudre, et qui pouvait faire basculer l’une ou l’autre équipe vers le (très) haut du classement !

entree

Un penalty dès la deuxième minute !

Il ne fallait pas arriver en retard au Hameau vendredi soir : les Jaunes et Bleus démarraient la rencontre tambour battant, bien décidé à ne pas laisser leurs homologues développer leur jeu.

Le résultat se faisait d’ailleurs rapidement sentir : Boupendza était fauché dans la surface de réparation, et obtenait un penalty dès la deuxième minute !

C’était, on espérait, le premier tournant de ce match qui démarrait parfaitement pour des palois plaisants : malheureusement, la suite allait être d’un tout autre acabit…

boupendza

Car le Gabonais se faisait justice lui-même en se présentant face à Hautbois, le portier Tango : frappant son ballon de l’intérieur du pied gauche, à mi-hauteur côté droit du gardien, il voyait celui-ci stopper sa tentative d’une main ferme !
On restait donc à 0-0, malgré cette occasion idéale d’ouvrir le score.

Le réveil des Lavallois

Et ce penalty raté ne faisait pas que mettre un coup sur la tête des béarnais : les visiteurs sortaient instantanément de leur torpeur, réveillés par cet arrêt ô combien important de leur dernier rempart.

Il mettaient en effet le pied sur le ballon, faisant régner leur loi, notamment au milieu du terrain, grâce à une combinaison entre physique et technique, et les palois avaient un mal fou à mettre le pied sur le ballon, perdant parfois le cuir dans des positions dangereuses, même si le bloc jaune se repliait rapidement pour couper les incursions adverses, à l’image de Bansais (7ème) ou Bury (6ème), titulaire en l’absence de Lucas Toussaint, suspendu.

Mais on connaît toute l’abnégation de ce groupe, qui ne lâche jamais ses matchs, même lorsque c’est difficile : sur un bon coup franc obtenu par Rivas, Sanchez bottait dans la boîte, et le ballon revenait vers Maisonneuve, qui tentait d’envoyer Boupendza en profondeur, mais c’était trop long pour l’avant-centre palois (9ème).

boupendza3

Une partie de plus en plus physique

Palois et Lavallois se faisaient une guerre des tranchées, et les tacles et coups d’épaules s’enchaînaient, comme par exemple Boupendza, taclé par l’arrière-garde visiteuse alors qu’il partait au but (13ème), ou Assoumou, qui faisait jouer sa puissance pour gagner un ballon malgré un pressing intense des oranges (14ème).

Une nouvelle belle offensive côté jaune arrivait par le biais de Maisonneuve, qui lançait Ciss en profondeur, mais Hautbois, sorti à sa rencontre, dégageait in extremis le cuir au devant de l’attaquant béarnais (15ème).

ciss

C’était ensuite une succession d’attaques et de bonnes défenses : entre transversales trop longues, centres ratés ou tête pas assez appuyée, les portiers des deux camps n’avaient pas trop de travail à se mettre sous les gants.

Des Lavallois plus entreprenants 

La partie changeait encore de physionomie alors que Malaga déviait en corner un centre tendu : sur celui-ci, un des visiteurs arrivait à placer sa tête, qui passait à côté (22ème)

Après le dégagement de Koné, la balle revenait côté sur Etshimi, qui enchaînait les passements de jambes et frappait au premier poteau : le cuir venait s’écraser sur le montant du portier palois, et le ballon était dégagé une fois de plus en corner (23ème) !
Dans la continuité, un nouveau ballon chaud pour la défense béarnaise, qui voyait un nouveau tir non cadré se profiler à l’horizon (24ème).

02-03-2018-pau-fc-vs-stade-levallois-mfc-36

La réponse des locaux venait par l’intermédiaire de Maisonneuve, suite à un centre d’Assoumou renvoyé plein axe : le milieu de terrain prenait le temps de contrôler et d’armer un missile qui partait malheureusement loin des buts de Hautbois (27ème).

Un milieu de terrain cadenassé par les visiteurs 

La situation devenait de plus en plus problématique à l’approche du dernier 1/4 d’heure de cette première mi-temps : les Lavallois étaient de plus en plus pressants au milieu, ne laissant que peu de liberté au duo Maisonneuve-Daubin, souvent obligés de revenir vers l’arrière face au pressing adverse.

Mais dans le même temps, les Tangos semblaient un peu repris par la fatigue, et ne se montraient plus trop dangereux : si le pressing était efficace, les imprécisions les empêchaient de pouvoir amener le danger devant la cage de Koné.

Seulement, le jeu se décantait lorsque les palois arrivaient à toucher leurs attaquants : entre le combattif Rivas et l’explosif Boupendza, l’arrière-garde mayennaise avait du pain sur la planche.

Il en fallait d’ailleurs peu pour que le Gabonais face parler la poudre, après une série de dribbles : il n’arrivait pas à frapper ou à distribuer à ses coéquipiers, pourtant bien placés (36ème) !

La défense centrale pyrénéenne avait cependant repris le dessus sur leurs vis-à-vis, coupant les actions régulièrement, ce qui permettait à Bansais de partir à l’attaque et de distribuer des bons ballons vers son milieu, à l’image de Maisonneuve qui arrivait à trouver Boupendza, pris à la régulière par un défenseur orange (39ème).

maisonneuve

Une fin de mi-temps paloise

Quelques fautes venait couper un peu l’entrain palois, mais il en fallait plus pour les stopper : Maisonneuve, encore lui, trouvait encore et toujours Boupendza, qui cette fois centrait sur Ciss, idéalement placé dans la surface, mais un coup de sifflet de l’arbitre mettait fin à cette action prometteuse (42ème).

Quelques instants plus tard, Rivas, toujours à la lutte, subissait une faute suite à un duel aérien : le ballon, bien frappé, arrivait sur la tête de Malaga, qui trouvait les gants de Hautbois, bien placé (44ème).

Pour finir, nouvelle offensive paloise avec un échange Boupendza – Rivas, mais ce dernier n’arrivait pas à mettre suffisamment de puissance dans sa frappe pour inquiéter Hautbois, toujours serein sur ses interventions (45ème) : la mi-temps était sifflée sur ce score de 0-0, après un période aux multiples physionomies.

vignes

Un début de seconde période couleur Tango

Tout comme en première période, il ne fallait pas arriver en retard de la buvette : à peine une minute après le coup d’envoi, un ballon en profondeur lavallois donnait lieu à un centre parfait pour un attaquant orange, qui reprenait de volée.
Fort heureusement pour les palois, le cuir passait au ras du poteau droit de Koné (46ème) !

Un ouf de soulagement était poussé par les supporters, heureux de voir qu’une telle occasion ne se concrétise pas, et se disant peut-être que la chance allait enfin tourner…

Les palois reprennent la main

Et comme lors de la première mi-temps, les jaunes, secoués par cette situation chaude, se réveillaient à leur tour et se ruaient à l’attaque.

Boupendza lançait parfaitement Sanchez en profondeur, qui prenait toute la défense à revers et filait vers Hautbois… qui sortait le ballon en se couchant bien sur le tir de l’ancien Albigeois (48ème) !

sanchez

Qu’à cela ne tienne, Maisonneuve, omniprésent vendredi, obtenait un coup franc sur la droit de la surface lavalloise : Sanchez le frappait, et obtenait un corner par la suite (50ème).

Celui-ci frappait, un nouveau orange venait dévier le ballon en coup de pied de coin : encore très bien frappé, le cuir tombait dans les pieds d’Assoumou, surpris de la toile de Hautbois dans les airs, et qui n’arrivait pas à pousser le ballon dans les cages, il est vrai bien gardées par trois joueurs visiteurs (51ème).

Désormais dominateurs, les béarnais obtenaient un nouveau corner, et Sanchez envoyait la balle vers Malaga, qui ne trouvait malheureusement pas le cadre (54ème) : on espérait, du côté du Hameau, que la faille soit trouvée, tant les occasions s’enchaînaient en peu de temps.

Daubin venait aussi mettre du sien pour essayer de forcer la décision, en déclenchant un rush dont il a le secret, puis en passant le ballon à Sanchez, qui voyait sa tentative de centre contrée en corner (56ème) : rien n’était dangereux par la suite, mais la volonté des jaunes faisait plaisir à voir !

A peine une minute plus tard, un nouveau ballon arrivait dans les pieds d’Assoumou, qui envoyait une lourde frappe vers les buts d’Hautbois, mais un défenseur repoussait de la tête : le cuir revenait vers Bansais, qui d’un superbe double contact effaçait un premier adversaire, rentrait dans la surface, et s’écroulait.
Coup de sifflet de l’arbitre, tout le monde croyait au deuxième penalty : au contraire, l’homme en noir mettait un carton jaune au latéral pour simulation (57ème) !

bansais

L’heure des premiers coachings

Le premier changement palois arrivait à la 59ème : Bansais sortait et laissait sa place à Gbaklé, faisant descendre Sanchez au poste de latéral.
David Vignes signifiait clairement ses intentions, il fallait aller chercher les trois points de la victoire !

La réponse du coach lavallois arrivait deux minutes plus tard : Zeoula était remplacé par Ndilu (61ème).

Toujours dans une bonne dynamique, les palois continuaient à pousser, contrant, courant, jouant sans retenue : Boupendza s’essayait à une demi-volée de 30 mètres, mais le ballon, cadré, terminait sa course dans les gants de Hautbois, impérial jusque là (63ème).

Loin d’abdiquer, les pyrénéens augmentaient le curseur pour forcer la décision : nouveau coup franc obtenu, Gbaklé frappait vers Malaga, qui voyait sa déviation de la tête finir en corner (66ème).
Sur celui-ci, la balle traînait dans les rangs lavallois, mais les palois n’étaient pas présents pour frapper au but.

Les lavallois plient mais ne rompent pas

Les offensives s’enchaînaient sur la pelouse du Hameau, de plus en plus fatiguée, mais cela ne gênait pas tant que cela les palois, de plus en plus insistants : il fallait un contre involontaire de mr l’arbitre pour que l’action lancée entre Maisonneuve, Boupendza et Gbaklé ne fasse plus mal !
En joueur expérimenté, Malaga faisait une petite faute au milieu du terrain, permettant à son équipe de se replacer (68ème).

assoumou

Junior Assoumou récoltait le premier carton du match, et Daubin envoyait le très vif Gbaklé en profondeur, mais Hautbois sortait très rapidement pour annihiler cette belle situation (72ème).

Après cette longue période béarnaise, les mayennais sortaient un peu la tête de l’eau, et obtenaient un bon coup franc, que Daubin venait contester : résultat, carton jaune pour le milieu de terrain.
Rien de bien dangereux pour Koné et sa bande sur la frappe des lavallois, d’autant plus qu’Assoumou se faisait respecter en jouant de son physique pour récupérer la balle (75ème).

Le deuxième changement pour les Pyrénéens était du poste pour poste : Rivas, combatif comme habituellement, laissait sa place à Guilavogui, dans un autre registre (77ème).

Le coup de massue 

Mais à force de ne pas marquer face à une équipe du calibre de Laval, on s’expose à des contres ou des situations qui peuvent amener un but contre le cours du jeu.

81ème minute : Quentin Daubin faisait une petite faute à l’entrée de la surface en essayant de presser un joueur lavallois.
Plein axe, le stade du Hameau retenait son souffle, espérant que rien ne soit tiré de cette occasion : raté.
En effet, Scaramozzino frappait du gauche et envoyait le cuir en pleine lucarne de Koné, qui touchait néanmoins le ballon, mais pas suffisamment pour le sortir : 0-1 au tableau d’affichage, il est vrai totalement contre le cours du jeu (0-1, 82ème).

daubin

Mais alors que les lavallois fêtaient le but avec leur banc de touche, les palois essayaient de jouer vite la remise en jeu : seulement, mr l’arbitre ne leur donnait pas l’autorisation de jouer.
Furieux, Boupendza sortait de ses gonds et venait parler avec lui, prenant un nouveau carton jaune (84ème).

Les dernières forces dans la bataille

Nouveau changement à vocation défensive pour Laval, qui envoyait Neyou à la place de Mayela (86ème).

Cela ne coupait pas les jambes des béarnais, qui se lançaient à corps perdu dans cette quête du but égalisateur : Boupendza tentait un centre, mais c’était contré (88ème).

Pas grave, les jaunes revenaient à la charge, et Gbaklé faisait un festival dans la surface, et était fauché : coup de sifflet de mr l’arbitre, penalty !

Deuxième penalty du match, et occasion inespérée d’égaliser à quelques encablures de la fin du match : l’homme qui avait subi la faute se présentait face à Hautbois.
S’élançant de façon décidée, après quelques tentatives de déconcentration de ses adversaires, il envoyait le cuir sur la barre du portier lavallois, sauvé par son montant (90ème).

gbakle

Les dernières secondes, trop courtes comme souvent dans ces situations-là, ne permettaient pas aux locaux d’égaliser, et mr l’arbitre sifflait la fin de la rencontre sur ce score de 0-1, bien immérité au vu de la rencontre.

De la frustration, du dégoût face au déroulement de ce match qui semblait à la portée de palois entreprenants et courageux, mais trop peu réalistes pour espérer gagner.

Il faudra maintenant vite digérer cette défaite avant d’aller à Béziers pour essayer de retrouver des couleurs et d’avancer au classement, face à une équipe qui reste elle aussi sur trois succès de rang.

Mais en équipe blessée, et connaissant les valeurs de combativité et d’abnégation des palois, il est certain qu’ils donneront tout pour se racheter !

Prochain match du Pau FC : le vendredi 9 mars 20h à l’AS Béziers
Prochain match à domicile : le vendredi 16 mars 20h contre Chambly

Laisser un commentaire

Pau FC

Billetterie : 06 64 41 09 70  
billetterie@paufc.fr

Boutique : 06 64 41 09 70
boutique@paufc.fr

Commercial : 06 25 26 03 64
b.roumegoux@paufc.fr

 

Abonnez-vous

Newsletter

Recevez notre actualité chaque semaine

Ma Newsletter

Minimum 4 caractères