[Championnat National – 16ème journée] : Une remontada faite avec les tripes !

Un match qui avait tout d’une rencontre difficile, piégeuse, et qu’on sentait très compliquée pour des palois défaits la semaine précédente à domicile contre l’US Boulogne.

D’autant plus que la météo, pluvieuse et plutôt fraîche, en plus d’une pelouse difficile, ne donnait pas forcément de signes encourageants pour la suite.

Et même si les dunkerquois n’étaient pas tout à fait irréprochables à domicile (3 victoires sur 7 matchs), on les savait habitués à jouer dans de telles conditions, et leur bloc solide allait forcément poser des soucis à l’équipe de David Vignes.

25437284_10155186058463193_1721097531_n

Des palois sans complexes en début de match

Fidèles à leur habitude, les Jaunes et Bleus attaquaient le match tambour battant, commençant la guerre des tranchées au milieu du terrain, composé du trio Kraichi – Daubin – Maisonneuve, afin de gratter un maximum de ballon pour presser très haut leurs adversaires du soir.

Ce qui forcément donnait quelques sueurs froides, avec des contres menés très rapidement par les dunkerquois, qui arrivaient devant la cage de Koné pour la première occasion, sur un centre bien senti : heureusement, l’attaquant nordiste ne trouvait pas le cadre, et le ballon passait à quelques centimètres des buts du portier béarnais.

Si la réaction des palois était intéressante, les premières minutes de ce match n’étaient pas au final flamboyantes, sûrement dû à cette météo dantesque et au terrain gras, qui ne permettait pas aux équipes de déployer un jeu précis, et les ballons longs s’enchaînaient, sans trop de succès.

Il fallait attendre la 13ème minute pour voir une nouvelle incursion dunkerquoise dans le camp des aquitains, mais le centre finissait dans le petit filet des buts des visiteurs.

Un Jonathan Rivas en mode guerrier

Si l’équipe paloise était en mode commando, un joueur se démarquait : Jonathan Rivas pesait sur la défense des locaux, et se battait comme un beau diable sur tous les ballons !

C’est lui qui obtenait corner et coup franc, et qui permettait donc à son équipe de rester dans la partie de terrain adverse.

Seulement, un manque de précision ne permettait pas aux Jaunes et Bleus de conclure, alors que les nordistes arrivaient petit-à-petit à sortir la tête de l’eau : sur un bon tacle de Crillon, qui anticipait le débordement d’un des joueurs dunkerquois, un corner était concédé.

Celui-ci, bien frappé, lobait Koné, pris dans le trafic autour de lui : Huysman, en embuscade, plaçait sa tête et ouvrait le score pour l’USL Dunkerque, un peu contre le cours du jeu (1-0, 24′).

25398930_1825834527429057_6783971333490815880_n

Une réaction immédiate

Cela avait le mérite de pousser de plus belle les palois à l’attaque, et Rivas, toujours lui, obtenait un bon coup franc à l’entrée de la surface, plein axe : mais Boupendza ne cadrait pas sa frappe malheureusement.

Le premier carton jaune arrivait à la 27ème minute, lorsque Martin était arrêté irrégulièrement par Mazikou, ce qui offrait une nouvelle bonne opportunité pour les béarnais.
Mais comme souvent en ce début de match, la défense nordiste dégageait les ballons chauds, pourtant bien frappés par ce même Martin.

30ème minute : Rivas, très en jambes, obtient un nouveau coup de pied arrêté, qui est frappé parfaitement par Martin, sur la tête de Malaga. Celle-ci, pas assez appuyée, finit dans les gants de Ligali, au final peu sollicité par les offensives adverses.

A force de ne pas conclure, les palois se mettaient seuls en danger, d’autant que les dunkerquois, emmenés par Boudiba ou Grich, savaient appuyer là où il le fallait pour créer le danger : ce dernier entrait en contact avec Toussaint, qui récoltait un carton jaune après un petit détour par les soigneurs.

Un fin de mi-temps difficile

Les débats s’équilibraient donc à l’approche de la pause, du fait d’une pelouse de plus en plus bosselée, et du besoin des joueurs de souffler après une première période plutôt intense : Rivas prenait un carton jaune (41′), et Crillon effectuait un très bon retour une fois de plus dans les pieds dunkerquois, concédant un corner, qui n’était cependant pas dangereux.

La plus grosse occasion paloise arrivait à la 42ème minute : Martin, bien décalé sur la droite, adressait un centre délicieux en direction de Rivas, qui se jetait pour dévier du bout du crampon.
Mais Ligali se détendait magnifiquement pour sortir le cuir en corner, qui malheureusement ne donnait rien.

Une dernière incursion des visiteurs par l’intermédiaire de Boupendza, dont la frappe passait à droite des buts de Ligali, et l’arbitre sifflait la mi-temps, sur ce score de 1-0, pas forcément mérité au vu de cette bonne première période.

25289691_1825834584095718_8181522570852677726_n

Un scénario clair pour la 2ème mi temps

Des palois plus conquérants encore, voilà ce qu’on attendait pour cette deuxième mi-temps, surtout que leurs hôtes avaient décidé de leur laisser le ballon, préférant opérer en contre : Martin se chargeait d’envoyer une belle frappe suite à une déviation de Boupendza, mais le ballon passait malheureusement au-dessus des cages de Ligali.

La suite, c’est un aller-retour entre les deux buts des équipes : un hors jeu sifflé par-ci, un centre qui passe devant le but par-là, et une pluie qui redoublait d’intensité !

A la 55ème minute un super coup franc était récolté par les béarnais, côté droit de la surface dunkerquoise : Martin jouait ingénieusement en retrait pour Kraichi, qui voyait sa frappe détournée.
Mais le ballon revenait dans les pieds de Rivas, contré lui aussi, et c’est Malaga qui expédiait le ballon dans les tribunes, après cette chaude alerte dans le camp nordiste !

Cette situation réveillait quelque peu les locaux, qui remettaient le pied sur le ballon, et plutôt efficacement d’ailleurs : un corner récolté après une bonne phase de jeu, et on sentait les palois plutôt fébriles.

Et le couperet tombait alors : si le ballon était dévié par la défense paloise, Serin armait une superbe reprise de volée, qui ne laissait aucune chance à Koné : ça faisait 2-0, simple, propre, efficace (2-0, 58′) !

Pour une fois, on sentait les aquitains un peu démotivés après ce but, surtout que les dunkerquois enchaînaient les attaques : une nouvelle tête après un coup franc finissait à côté des buts du portier palois.

Même si Rivas était bien lancé par Daubin en profondeur, on sentait une forme de résignation chez les visiteurs, et on craignait une fin de match compliquée.

La lumière vint de Kraichi

Un homme sur le terrain n’avait cependant pas renoncé, et faisait un travail de l’ombre terrible depuis le début du match : Kader Kraichi.

C’est lui qui obtenait un corner suite à un centre bien senti de Martin, qui lançait une série de trois coups de pied de coin d’affilée.

Et c’est sur un nouveau centre de Martin, toujours précis, que le milieu de terrain trouvait enfin la faille : après un contrôle acrobatique dos au but, il se retournait et enchaînait avec une superbe demi-volée qui terminait dans les filets de Ligali (2-1, 66′) !

Un véritable silence de cathédrale tombait sur le stade Maurice Tribut, et David Vignes en profitait pour lancer Dieudonné Gbaklé à la place de Ciss, pour continuer le jeu tout en vitesse de son équipe.

La réaction des dunkerquois arrivait à la 70ème minute, quand Boudiba, très en jambes, était signalé hors jeu deux fois d’affilée : la menace planait toujours sur Malaga et Toussaint, qui arrivaient malgré tout à piéger les attaquant nordistes.

Martin trompe tout le monde

Alors qu’on entrait dans le dernier 1/4 d’heure, Martin, qu’on voyait centrer sans arrêt depuis le début de la rencontre, trompait son monde, et notamment le gardien dunkerquois : un tir à ras de terre terminait sa course dans le petit filet de Ligali (2-2, 74′) !

Le stade se figeait, et les locaux également : les palois, en pleine bourre, ne s’arrêtaient pas en si bon chemin, et continuaient d’envoyer des déferlantes sur la défense nordiste.

Boupendza marque encore

La délivrance venait de l’inévitable Boupendza : Rivas, intenable, était lancé en profondeur par un très bon ballon, arrivait à se sortir du tacle du défenseur de Dunkerque, fixait la défense et plaçait un petit coup de patte vers l’attaquant gabonais, qui ne se faisait pas prier pour envoyer la gonfle dans les buts de Ligali.

Ca faisait 2-3, et il n’y avait rien à redire, tant les Jaunes et Bleus jouaient avec leur cœur et leurs tripes depuis le début du match (2-3, 77′).

Mais il restait du temps : David Vignes, fidèle à ses principes de jeu, faisait sortir l’un des grands bonhommes de ce match, Jonathan Rivas, pour faire rentrer un autre attaquant, Mohamed Guilavogui, preuve de l’envie de continuer à se lancer à l’abordage des buts adverses (79′) !

Et cela leur profitait presque : après l’entrée de Bruneel à la place de Boudiba côté USL Dunkerque, les palois avaient une nouvelle occasion de marquer, avec un bon coup franc côté droit de la surface des locaux, mais personne ne trouvait la faille, et Maisonneuve envoyait une frappe bien à côté de la cage des nordistes.

Le Pau FC retient son souffle

Cependant, tout le Pau FC, des joueurs au staff en passant par les supporters, retenait son souffle, lorsque Aaron Boupendza s’écroulait seul dans le camp de Dunkerque, et semblait souffrir : heureusement, il se relevait en boitillant, et le Béarn entier pouvait se remettre à respirer.

Un nouveau changement pour l’USL (Candas pour Grich), et une chaude occasion : un centre devant le but, dégagé en catastrophe par Toussaint, très précieux. Koné faisait ensuite beaucoup de bien à sa défense, en captant le ballon, et en s’allongeant de tout son long pour gagner de précieuses secondes.

Martin finissait lui aussi au sol, après avoir beaucoup donné : des crampes, sûrement dues à son activité et au terrain très gras, coupaient un peu cette fin de match.

L’occasion pour le staff du Pau FC d’effectuer son dernier changement, avec l’entrée de Louis Bury à la place du dernier buteur, Aaron Boupendza, auteur d’une sacrée performance encore une fois (89′).

Des dernières secondes très longues

Le 4ème arbitre annonçait 3 minutes de temps additionnel minimum, ce qui semblait être une éternité : les palois la jouaient cependant à l’expérience, gagnant de précieuses secondes, ou faisant les petites fautes qui allaient bien, comme celle de Daubin, qui prenait un carton jaune.

Les dernières séquences de jeu ne donnaient rien, et la délivrance arrivait du sifflet de l’arbitre central : les 3 points revenaient dans l’escarcelle paloise, après une remontada incroyable, et un match gagné au mental !

Bravo à toute l’équipe et au staff du Pau FC pour cette belle performance, qui replace la formation béarnaise au 6ème rang de ce championnat National !

Prochain match du Pau FC : le 20 décembre contre l’US Créteil à 20h au stade du Hameau

Laisser un commentaire

Pau FC

Billetterie : 06 64 41 09 70  
billetterie@paufc.fr

Boutique : 06 64 41 09 70
boutique@paufc.fr

Commercial : 06 25 26 03 64
b.roumegoux@paufc.fr

 

Abonnez-vous

Newsletter

Recevez notre actualité chaque semaine

Ma Newsletter

Minimum 4 caractères