[Championnat National – 15ème journée] : Le Pau FC manque le coche

pau-domicile

Ce match comptant pour la 15ème journée de National avait une saveur particulière, et ce pour plusieurs raisons : tout d’abord, les palois sortaient d’une période plus longue sans jouer, et on craignait une cassure dans la belle dynamique enclenchée depuis quelques rencontres déjà.

De plus, l’US Boulogne venait pour réaliser un coup, en mode commando, pour sortir de la zone rouge et se donner un peu d’air : des joueurs physiques, pas forcément les plus rapides, mais qui allaient donner à coup sûr du fil à retordre aux béarnais.

Enfin, l’équipe paloise était amputée de plusieurs de ses titulaires habituels, comme Quentin Daubin (suspendu), Florian Aigouy (blessure à la cuisse) et surtout Anthony Sanchez, qui a eu la douleur de perdre son papa durant la semaine : ce match sentait donc le piège à plein nez !

Le Pau FC bien bloqué par les boulonnais

La première mi-temps laissait présager du match qui attendait les locaux : ne parvenant pas à jouer haut comme à leur habitude, ils subissaient la loi de nordistes très solides au milieu du terrain, et qui tentaient de jouer très vite en contre-attaque.

Les palois, peut-être un peu secoués par la minute de silence donnée en l’honneur du papa d’Anthony Sanchez, étaient un peu en-dedans, à l’image de Kévin Malaga, qui récoltait un carton jaune au bout de 30 secondes de jeu seulement, suite à une intervention très virile sur un joueur boulonnais.

Le couperet tombait à la 9ème minute : une balle donnée en retrait, qui semblait anodine, n’était pas dégagée par la défense, et Koné, l’attaquant de l’USBCO prenait de vitesse Malaga, et allait tromper son homonyme de près.
Cela faisait 0-1, et il n’y avait pas grand chose à dire, tant le Pau FC semblait amorphe en ce début de match (0-1, 9ème).

Si cela jetait un coup de froid dans les travées du stade du Hameau, l’espoir demeurait : on connaît désormais bien les ressources mentales des Jaunes et Bleus, et de leur capacité à réagir rapidement.

Seulement, le match était cadenassé au milieu du terrain par les visiteurs, et les palois n’arrivaient pas à imposer leur jeu et leur puissance, Ciss et Gbaklé étant régulièrement pris en tenaille par deux ou trois joueurs adverses : on voyait souvent Boupendza ou Rivas décrocher pour toucher des ballons, preuve que la relation milieu-attaque était compliquée.

C’est au bout de 20 minutes que les locaux sortaient enfin la tête de l’eau : de belles incursions par Boupendza ou Rivas, et des centres dangereux de Martin ou Crillon donnaient quelques sueurs froides aux boulonnais, même s’il fallait rester vigilant face aux contres, à l’image de la belle coordination défensive entre Toussaint et Malaga pour couper le chemin du but à Koné, très remuant.

Un but de Ciss cousu main

Les efforts des béarnais finissaient par être récompensés à la 27ème minute : Ciss récupérait le ballon au milieu de terrain, combinait avec Rivas qui décalait Martin sur le côté droit, et celui-ci avait tout loisir de déposer un centre vers ce même Ciss, qui reprenait de volée dans le petit filet (1-1, 27ème) !

Imparable, les palois revenaient à 1-1, et avaient clairement repris la main sur le match.

Dans la foulée, Boulogne obtenait un corner, bien capté par Koné, qui relançait vers Boupendza : ce dernier glissait un superbe ballon en profondeur à Rivas, qui partait seul face au portier nordiste, qui avait hésité à sortir ou à attendre.

Malheureusement, l’attaquant palois essayait de débordait, mais était contré par le dernier rempart, et ne pouvait conclure…

Cela donnait un coup de fouet aux visiteurs, qui à leur tour redevenaient dangereux : une tête bien sortie par Koné en corner, puis une nouvelle tête d’un joueur boulonnais rappelaient aux joueurs des Pyrénées-Atlantique qu’il fallait rester concentrés.

Car les contres étaient toujours aussi tranchants côté visiteurs : suite à un coup franc mal frappé par Gbaklé, trois joueurs de l’USBCO partaient en contre, pour deux défenseurs palois, mais heureusement Koné arrivait à sortir le ballon en corner !

Le tournant du match

Le rythme remontait d’un cran, et le premier changement pour Boulogne arrivait, suite à une petite blessure d’El Hamzaoui : un signe pour les palois ?

On sentait alors les visiteurs plus fébriles, qui laissaient de plus en plus d’espaces, et les locaux n’étaient pas loin d’en profiter : Rivas, bien décalé par Boupendza, se retrouvait excentré dans la surface de réparation, et décidait de frapper, mais le cuir filait au ras du poteau gauche du gardien.

Il fallait attendre la 44ème minute pour que Rivas fasse enfin mouche : dans tous les bons coups, il décalait Boupendza sur le côté droit de la défense, et celui-ci fixait toute la défense en lui adressant un centre à ras de terre. L’attaquant n’avait plus qu’à pousser le ballon au fond des filets, et le Pau FC reprenait l’avantage, cette fois-ci mérité (2-1, 44ème).

Mais il ne fallait pas aller à la buvette trop tôt : 4 minutes de temps additionnel étaient données.

Et c’est peut-être là le tournant du match : un corner pour Boulogne, une glissade d’un défenseur palois, un ballon cafouillé, et un boulonnais crucifiait Koné de près (2-2, 45+3) !

La mi-temps était sifflée sur ce score de 2-2, et il y avait un mélange de soulagement d’être revenu au score, mais aussi d’amertume d’avoir pris ce but au bout du bout du temps supplémentaire.

Un retour des vestiaires complètement raté

Les supporters présents avaient à peine le temps de pousser leur équipe au retour des vestiaires qu’ils étaient douchés dans leur enthousiasme : Koné, l’attaquant boulonnais, partait à l’extrême limite du hors-jeu au nez et à la barbe de la charnière centrale locale, et arrivait à placer un ballon hors de portée du portier béarnais (2-3, 47ème)…

Dès lors, on sentait que les visiteurs avaient resserré le jeu au milieu du terrain, et avaient décidé de presser haut pour empêcher les relances paloises : cela semblait porter ses fruits.

Mais on connaît la force mentale des Jaunes et Bleus, qui n’abdiquaient pas : Malaga, sur un corner, déviait superbement le ballon, et battait le portier adverse… mais c’était sans compter sur un dernier défenseur boulonnais, qui sauvait son camp en dégageant sur sa ligne !

Le terrain allait lui aussi avoir son importance : très gras au départ du match, des averses régulières donnaient lieu à des glissades et autres pertes de balle, ce qui ne permettait pas aux joueurs d’imposer un rythme à cette seconde mi-temps.

Un coup franc 25 mètres plein axe à la 60ème faisait sourire les supporters palois : ils se rappelaient en effet des deux derniers frappés par un certain Boupendza, pour deux buts !
Malheureusement, le résultat n’était pas le même, le ballon s’écrasant sur le mur boulonnais.

Les béarnais poussent mais sont trop imprécis

Cela avait le mérite de booster les palois, qui étaient plus incisifs dans leurs interventions défensives et offensives : des coups francs, des ouvertures, mais avec toujours un manque de précision.

Le premier changement effectué par David Vignes voyait Rivas, buteur du soir, céder sa place à Guilavogui, à la 65ème minutes.

Celui-ci arrivait très vite à se mettre au diapason, et montrait qu’il faudrait compter avec lui pour cette fin de match : il combinait avec Boupendza, Ciss ou Gbaklé, et se procurait une occasion en or, mais n’arrivait pas frapper alors qu’il était en superbe position (71ème).

La fatigue se faisait sentir, et les boulonnais reculaient de plus en plus, laissant les Jaunes et Bleus enchaîner de belles séquences offensives, mais le dernier geste n’était pas suffisamment ajusté pour conclure.

A la 74ème, Ciss lassait sa place à Ourch, afin d’essayer de revenir au plus vite dans ce match.

Un manque de chance et d’efficacité

77ème minute : un corner, mal frappé au départ, redonnait une occasion aux palois d’égaliser. Cette fois-ci, le cuir arrivait sur la tête de Kraichi, mais le milieu voyait sa tentative s’écraser sur la barre du portier nordiste !

Les béarnais avaient désormais le pied sur le ballon, et retrouvaient leur position préférentielle, à savoir dans le camp adverse, et même si les contres partaient toujours à 100 à l’heure, Toussaint, Malaga et consort arrivaient à couper les offensives de plus en plus facilement.

Un frisson parcourait le public à la 81ème minute, alors que le gardien Koné se trouait dans son dégagement, permettant à Camara, rentré en jeu quelques minutes auparavant, de filer et de frapper dans but vide : dans un plongeon désespéré, le portier palois réussissait à dégager en corner, et ainsi à éviter que le match ne soit plié définitivement !

Secoués par cette occasion, les locaux mettaient leurs dernières forces dans la bataille, et faisaient le siège du but de l’USBCO : à la 84ème minute, Gbaklé faisait un festival sur son côté, centrait idéalement pour Boupendza qui dévissait. Le ballon revenait sur Crillon, qui envoyait un missile du pied gauche qui s’écrasait sur l’équerre nordiste (84ème) !

La fin de match était plutôt brouillonne, les boulonnais se jetant sur tous les ballons, et les palois n’arrivaient plus à faire la différence : les esprits s’échauffaient quelque peu, notamment lorsque le match arrivait dans ses ultimes secondes.

En effet, une grosse échauffourée se déclenchait juste après l’annonce des 4 minutes de temps additionnel, et l’arbitre du match avait toutes les peines du monde à calmer les joueurs, preuve d’une tension importante.

Un carton jaune pour Koné, le capitaine palois, et pour Camara, l’un des éléments déclencheurs de cette situation, et l’homme en noir renvoyait les deux équipes au vestiaire sur ce score de 2-3…

Un match où tout n’est pas à jeter, et qui servira forcément pour la suite de la saison aux palois, qui peuvent cependant regretter de ne pas avoir pu enchaîner et ainsi se rapprocher des premières places de ce championnat de National 1.

Prochain match : USL Dunkerque – Pau FC le 15/12 à 20h
Prochain match à domicile : Pau FC – Créteil le 20/12 à 20h au stade du Hameau.

Laisser un commentaire

Pau FC

Billetterie : 06 64 41 09 70  
billetterie@paufc.fr

Boutique : 06 64 41 09 70
boutique@paufc.fr

Commercial : 06 25 26 03 64
b.roumegoux@paufc.fr

 

Abonnez-vous

Newsletter

Recevez notre actualité chaque semaine

Ma Newsletter

Minimum 4 caractères