[Championnat – 7ème journée] Une première presque réussie

Vendredi soir, le Pau FC était opposé au FC Villefranche Beaujolais pour le compte de la 7ème journée du Championnat de National.

Pour ce premier match dans la nouvelle enceinte Paloise, les Béarnais avaient à cœur de prendre un maximum de points, devant une affluence record, avec plus de 1360 personnes présentes, qui ont d’ailleurs dû envahir la main courante pour réussir à voir les joueurs palois à l’oeuvre.

41968109_1175656949267279_5945098142054612992_n

Après une première mi-temps stérile, où les occasions se faisaient rares malgré un rythme plutôt intense, les Jaunes et Bleus ouvraient le score grâce à Mohamed Guilavogui (48′), qui s’ouvrait le chemin du but grâce à un bon contrôle orienté, venant crucifier le gardien caladois de près.

42108750_1853301934777263_6220292832901464064_n

Mais les démons du début de saison palois refaisaient surface, et vingt minutes plus tard, les visiteurs égalisaient avec une frappe de Jasse de l’extérieur de la surface, joué en contre après une action où Quentin Daubin, venu porter le surnombre dans la surface adverse, était fauché, action pour laquelle mr l’arbitre, pourtant bien placé, décidait de ne pas siffler un pénalty qui semblait évident.

Un sentiment de frustration et d’injustice planait sur le nouveau stade, mais les locaux repartaient de plus belle avec leurs feux-follets Thill ou Boisgard, très actifs ce vendredi soir.

La fin de match était à sens unique, surtout lorsque Gonzalez, côté Villefranche, était exclu par l’homme en noir après une glissade où il touchait le ballon de la main en position de dernier défenseur : les Béarnais se ruaient à l’attaque, mais le bloc rouge tenait bon, à l’image de leur partie, même si une dernière frayeur pour les visiteurs arrivait, avec un but refusé logiquement pour Guilavogui, signalé hors-jeu.
De multiples corners dans les arrêts de jeu ne donnaient rien, si ce n’est quelques regrets à des palois combatifs et valeureux.

41982664_426689521194981_45982894828552192_n

Au final, les palois récoltaient le point du match nul, et pouvaient être frustrés au vu de la physionomie du match, eux qui ne décollent toujours pas au classement.

Cette opposition face aux promus caladois a également été l’occasion de revoir Kévin Martin, ancien joueur du Pau Football Club, maintenant au FCVB : il nous donne son ressenti sur ce nouveau stade et sur son début de saison avec sa nouvelle équipe :

Kévin, pouvons-nous parler d’un bon point de pris ici à Pau ?

Oui, nous étions menés au score, malmenés dans le jeu, nous avons beaucoup subi, couru après le ballon, mais je pense que nous sommes revenus avec le mental et ça fait du bien car c’est un bon point de pris on va dire !

Cette soirée à été pour toi beaucoup d’émotion puisque Pau est votre ancienne équipe. De revenir dans cette ville et d’inaugurer ce nouveau stade, comment l’as-tu vécu ? 

Avant le match, j’ai reçu pas mal de demandes d’interviews, la famille était présente dans les tribunes, de voir les anciens partenaires aussi ça m’a fait plaisir mais après une fois que le coup d’envoi à été donné, je ne vous cache pas que j’étais comme un fou sur le terrain pour pouvoir revenir avec les 3 points, donc j’ai fait abstraction de ça durant les 90 minutes. Après le match, j’ai pu par la suite profiter du week-end avec ma famille et mes amis !».

Qu’as-tu pensé de ce nouveau stade et des nouvelles infrastructures paloises ?

J’ai vu ce stade en construction, quand je suis parti de Pau, il n’était pas terminé. Je ne vous cache pas que c’est un beau complexe, une belle pelouse et maintenant, j’espère que le Pau FC prendra des points à domicile car ils ont vraiment de quoi faire avec ces belles infrastructures !

Les résultats de la soirée :

j7_resultats

Le classement :

j7_classement

Pau FC

Billetterie : 06 64 41 09 70  
billetterie@paufc.fr

Boutique : 06 64 41 09 70
boutique@paufc.fr

Commercial : 06 25 26 03 64
b.roumegoux@paufc.fr

 

Abonnez-vous

Newsletter

Recevez notre actualité chaque semaine

Ma Newsletter

Minimum 4 caractères